J'ai envoyé mes pièces, déjà 4 victimes en 1 mois

Bonsoir,

Je suis membre des forces de l’ordre… depuis 1 mois, un brouteur utilise ma carte professionnelle pour perpétrer des arnaques à la petite annonce sur LeBonCoin… Depuis, 4 victimes m’ont déja contacté…

Si j’écris ici c’est parce que je suis impuissant face à cette situation. Je dispose de plusieurs adresses mail qu’utilise l’intéressé, son numero de tel (OnOff Telecom - le même depuis le début), ainsi qu’un lien d’une annonce active sur LeBonCoin…

J’écris sans trop d’idées dans l’espoir que quelqu’un puisse m’aider, je ne sais comment. Je voudrais aussi sensibiliser les victimes et soutenir les acteurs de l’ombre.
Le hash de mes pièces est blacklisté sur LeBonCoin, du coup l’escroq demande systematiquement à sortir de la palteforme pour echanger puis convaincre avec l’argument de « confiance » qu’il est dans les forces de l’ordre…
Le piratage d’un escroc n’étant pas legal et d’usage dans une procedure judiciaire, j’en suis arrivé à vouloir faire justice moi-même :face_with_symbols_over_mouth::face_with_symbols_over_mouth:

Je soutien à fond ce qui est fait ici, faites attention à vous ! Vos pieces, une fois envoyées, sont rendues « invalides » mais en aucun cas supprimées du net (c’est impossible !). Elles demeureront donc utilisables par les escrocs jusqu’à leur date de peremption (et encore…)
Donc FORCE à ceux qui travaillent dans l’ombre pour faire le maximum pour faire perdre du temps, tromper, signaler, voir pirater les brouteurs !

COMMENT C’EST ARRIVÉ :

  • Le 15 mars 2024, j’ai contacté quelqu’un sur LeBonCoin pour l’achat d’un appareil photo. L’annonce était fraîchement publiée, le prix n’était pas suffisamment bas pour éveiller ma méfiance. Des captures d’écran de la facture et des avis positifs sur le compte étaient visibles.

  • J’ai rapidement procédé au paiement sécurisé sur la plateforme.

  • La personne a refusé le paiement, préférant une remise en main propre. J’ai proposé des pièces d’identité et un justificatif de domicile pour prouver ma bonne foi, insistant sur le paiement via LeBonCoin et la couverture de l’envoi par la plateforme.

  • Il a accepté à condition que je lui envoie les pièces. Pensant prouver ma bonne foi, j’ai accepté, mais par inadvertance, j’ai envoyé la photo de ma carte professionnelle, ressemblant à une carte d’identité.
    Je lui ai répondu affirmativement lorsqu’il m’a demandé si j’étais gendarme. Il a alors demandé une photo de moi tenant ma pièce d’identité et ma carte vitale.

  • Il a ensuite exigé un acompte de 400€ par virement bancaire et mon adresse.
    J’ai interrompu l’échange et signalé le compte LeBonCoin. Environ une minute après, j’ai reçu une notification confirmant la suspension du compte par la plateforme…

Maximaron

1 « J'aime »

En tant qu’agent de police, n’y a t-il pas un service spécialisé qui pourrait t’aider ? Je sais que dans la gendarmerie, il existe un service qui lutte activement contre la cybercriminalité, peut-être devrait tu te rapprocher d’eux ? Ils ont sans doute des moyens très efficaces, en tout cas, tu as tout mon soutien, courage.

Bonjour,

Je suis vraiment désolé pour ce qui t’est arrivé. Malheureusement, ce que tu as vécu correspond à un schéma typique utilisé par les brouteurs. En général, leur modus operandi comprend trois phases distinctes.

Tout d’abord, ils cherchent à gagner la confiance de leur victime en utilisant diverses tactiques, notamment sur des plateformes comme LeBonCoin où ils peuvent prétendre avoir déjà été victimes eux-mêmes, instaurant ainsi un sentiment de solidarité ou de méfiance commune.

Ensuite, ils essaient d’obtenir des informations sensibles telles que des pièces d’identité, des adresses, etc…

Enfin, une fois qu’ils ont obtenu ces informations, ils passent à la troisième phase, celle du paiement. Si cette phase réussit, c’est le jackpot pour eux. Cependant, même s’ils n’obtiennent pas d’argent, ils considèrent toujours cette étape comme une victoire car ils ont obtenu des données personnelles exploitables pour les futures victimes.

Dans de telles situations, je conseille généralement de déposer une main courante . Cela peut aider à éviter des complications ultérieures, notamment si les documents que tu as fournis sont utilisés dans d’autres arnaques.

Encore une fois, je suis sincèrement désolé pour ce qui t’est arrivé. Malheureusement, les brouteurs changent souvent de numéro et d’adresse e-mail, ce qui rend leur traçabilité difficile :face_with_symbols_over_mouth:

Effectivement, pour le cyber la gendarmerie intervient mais comme l’a indiqué Sandoz, que peuvent-ils faire face à des personnes qui utilisent des cartes prépayées dont la souscription peut se faire avec un simple pseudonyme ou l’utilisation depuis une simple page internet ? (Lycamobile, OnOff Telecom, Transatel etc…)

Ou contre l’utilisation d’un VPN . Et quand bien même il n’y en a pas, nous nous retrouvons dans un cyber café, ou au Benin, en Côte d’Ivoir etc…
Les escrocs peuvent aussi créer des comptes bancaire en lignes dont je ne connais pas les modalités de souscription mais ils y parviennent sous le nom d’une de leur victime (REVOLUT pour le cas de quelques victimes qui m’ont contacté).

Leur identification via des investigations est donc quasiement IMPOSSIBLE.
Et quand nous parvenons à obtenir un selfie de verification d’identité avec leur MAGNIFIQUE TRONCHE en photo (pour les banques) On ne sait pas de qui il s’agit.
Je crois qu’il n’y pas d’accords entre l’Afrique et l’Europe pour ces infractions. Les frais de justices couteraient + chere que le prejudice causé.

Bref, en resumé, on ne peut pas faire grand chose :confused:

Je conseillerai à quelqu’un dans ma situation de DEPOSER UNE PLAINTE pour usurpation d’identité et SIGNALER les pieces utilisées aux forces de l’ordre. Cela permettra d’inscrire les documents utilisés au fichier des objets et vehicules signalés (appelé FOVES par les forces de l’ordre et accessible uniquement par ces derniers pour leur investigations). Cela vous évitera d’être convoqué un jour dans une gendarmerie ou un Commissariat pour devoir s’expliquer en tant que mis en cause soupconné d’escroquerie.
De plus, il faudrait rééditer ses pieces d’identité, cela rendra les anciennes invalides dans la base DOCVERIF (fichier utilisée une fois de plus par les forces de l’ordre notamment)

L’ennui avec la main courante, c’est qu’elle n’a aucune valeur juridique comparé à la plainte. C’est un simple document resumant la situation, les declarations qui y sont faites ne sont ni verifiées ni génératrices d’enquête.

Voilà, j’espère que ça pourra aider, jai signalé les adresses mails utilisées, numéro de téléphone (le même depuis 1 mois, cela me surprend), pseudos LeBonCoin et j’en ajouterai à chaque personne qui me signale ce brouteur.

Encore merci pour ce que vous faites pour luter contre ce fléau ! Je ne pense pas qu’il existe de service qui va jusqu’à s’introduire dans un systeme informatique pour detruire les pieces en France. Vous êtes peut-etre les seuls aloes force à vous :fire::fire:

Bonjour Maxiron.

c est la que peuvent intervenir les hackers repentis, qui travaillent pour la sécurité.
je pense que ça c est légal, vu que quelques un travaillent pour l état.

eux, peuvent vous aider a retrouver cet escroc usurpateur, en utilisant les mêmes armes.